Assouplis ce qui est raide

//Assouplis ce qui est raide

Assouplis ce qui est raide

« Assouplis ce qui est raide » : c’est une des demandes que nous adressons à l’Ésprit-Saint dans la séquence de la Pentecôte, qui est lue ou chantée avant l’Évangile.

Utilisant le vocabulaire biblique, cette demande nous renvoie à une expression courante qui désigne une attitude d’hostilité à Dieu : « avoir la nuque raide ». Celui qui a la nuque raide (c’est-à-dire le cou bloqué) ne peut pas tourner la tête pour tendre l’oreille. « Tendre l’oreille » : encore une expression biblique qui désigne l’homme qui se met à l’écoute de ce que Dieu veut lui dire.

Après avoir fait un effort physique inhabituel (du sport, par exemple…), celui qui ne s’étire pas risque bien de sentir des courbatures le lendemain matin : il aura les muscles durs et contractés. Besoin de souplesse ! Nous savons bien que nos rigidités ne sont pas seulement corporelles : il y a tant de choses « qui ne passent pas », sur lesquelles « on coince » ou l’on fait « une fixation ». Bref, bien des lieux où nous manquons de souplesse. Et nous savons qu’en cas de tension ou de pression, ce qui est rigide est près de casser, alors que ce qui est souple retrouve sa forme.

Esprit-Saint, assouplis en nous ce qui est raide ! Fais-nous découvrir et savourer la simplicité, la vérité et la joie de la vie en toi !

Père Guillaume NORMAND

By |2018-06-09T15:35:36+00:00mai 18th, 2018|Editorial|0 Comments

About the Author:

Je suis parisien. J’ai été fortement marqué par les JMJ de Paris, et ma vocation a ensuite germé dans la communauté paroissiale de Saint-Augustin. Ordonné prêtre en 2007, j’ai été nommé vicaire à Saint-Ambroise, paroisse de la Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville, où j’ai passé cinq merveilleuses années. En 2012, ayant reçu une mission d’études, j’ai rejoint la Belgique pour faire une licence de théologie, sur « Le sacerdoce des fils ». Une année durant, j’ai été l’adjoint du P. de Vandière, auprès des séminaristes parisiens en formation à Bruxelles ; puis adjoint à la maison Sainte-Thérèse, qui accueille les séminaristes de nombreux diocèses de France.

Leave A Comment