Baptême

Réunions de préparation au baptême le jeudi de 20h45 à 22h, au presbytère

  • jeudi 28 septembre 2017
  • jeudi 11 janvier 2018
  • jeudi 8 mars 2018
  • jeudi 3 mai 2018

Et les dimanches « sacrements » 8 octobre, 26 novembre, 21 janvier, 18 mars, après la messe de 10h30

 

Témoignage de Rabea, baptisée à Pâques à Saint-Séverin

Quand j’ai appris l’année dernière que je n’étais pas baptisée alors que je pensais l’être depuis toujours, j’ai ressenti comme un vide immense, un peu comme si j’étais orpheline de père et de mère. Alors que je suivais des cours à l’école cathédrale, les mots « nous les baptisés », « nous les enfants de Dieu », « Dieu qui nous aime… » décuplaient mon impression d’être seule, si seule sans Dieu. C’est tout juste si je ne voulais pas que le Père Denis Jachiet me baptise le dimanche suivant ! Il m’a proposé d’être baptisée à Pâques 2013. C’est un moment fort pour l’Eglise autrement dit pour nous, ses membres.

Entre-temps, je pouvais cheminer. Ce que j’ai fait, grâce à vous tous. Vos encouragements et vos marques de sympathie m’ont portée : « bon cheminement », « tu seras bientôt une fille de Dieu », « ton baptême prouve que l’Eglise est vivante… »

J’ai cheminé donc. J’ai pensé à Dieu nous aimant si fort qu’Il nous a envoyé son Fils. A Jésus-Christ qui a fait le sacrifice de sa vie, Lui, le Fils sans péché, pour nous libérer du nôtre. Petite, trop petite pour comprendre ce grand mystère d’amour, j’ai néanmoins compris que Dieu me faisait un don ; un don très précieux. J’ai surtout réalisé que je ne pouvais vivre sans Lui.

J’ai cheminé donc. J’ai pris conscience que je n’étais pas seule : je faisais partie d’une belle communauté : l’Eglise. Comme une famille mais plus profonde car vécue spirituellement devant Dieu. Une communauté dont je suis fière de faire partie.

« Si un seul membre souffre, tous les autres membres souffrent avec lui ; et si un membre est à l’honneur, tous les autres membres s’en réjouissent avec lui. Vous êtes le corps du Christ et ses membres » (1 Cor., 12,26-27)

Père, prêtres, diacres, séminaristes, laïcs et bien sûr Pascale Bapseres, qui a accepté de m’accompagner sur ce chemin de vie avec sa foi tranquille, du fond du coeur, je vous dis Merci !!!

Rabéa-Madeleine, baptisée lors de la vigile pascale le samedi 30 mars 2013

bapteme

 Témoignage de Pierre, baptisé à Pâques à Saint-Séverin

« J’ai eu l’immense et indicible joie de recevoir le baptême au cours de la dernière vigile pascale, à l’âge de 37 ans. Je n’ai pas fait ce choix de conversion à la suite d’une illumination soudaine et encore moins en réaction immédiate à quelque expérience récente et difficile. Il s’agissait bien plutôt de mettre définitivement mes pas dans ceux du Seigneur, afin de poursuivre pour le meilleur sur un chemin emprunté par hasard il y a maintenant 17 années.

N’ayant reçu de mes parents aucune éducation religieuse, respectant alors la foi des nombreux catholiques côtoyés au quotidien dans mon univers professionnel – l’Armée – mais ne la partageant en aucune manière, je me préparais pourtant, sans le savoir, à répondre à un appel bouleversant…et à rencontrer Dieu. C’est dans l’intimité d’une église obscure, au cours d’une amère soirée d’août 1996, que j’ai soudain ressenti la présence chaleureuse de notre Seigneur et éprouvé sa rassurante sollicitude : la grâce de la foi venait de m’être faite, tout simplement !

Une telle rencontre ne fait pourtant qu’ouvrir l’exaltante mais exigeante route qui mène vers le baptême. Le doute, les combats intérieurs, une volonté parfois vacillante mais aussi toutes sortes de préoccupations très humaines rendent difficile un tel voyage, au cours duquel il peut arriver que l’envie de marcher vers Dieu s’estompe presque totalement. Dans ces moments, le renoncement s’approche parfois dangereusement et le désir profond d’être baptisé, moteur de l’aspirant catéchumène, se vide alors d’une grande partie de sa substance.

J’ai compris dans ces périodes parfois douloureuses que le cheminement vers les fonds baptismaux ne doit pas être envisagé comme une course de vitesse désordonnée et irréfléchie : il faut absolument se sentir prêt et disponible pour une telle aventure, ce qui impose d’avoir pris le temps (parfois très long !) d’une indispensable descente en soi-même.

J’ai également réalisé qu’il est difficile d’avancer seul, sans aide spirituelle, sans conseils bienveillants et sans écoute attentive, que ce soit lors des premiers émerveillements liés à la découverte du Seigneur comme dans les dernières semaines du catéchuménat. Au cours de 17 années de pérégrinations parfois erratiques, j’ai constamment ressenti la grâce d’être soutenu, épaulé et encouragé par une foule d’amis et de témoins, qui m’ont en fait littéralement porté jusqu’au baptême !

Malgré les doutes et les atermoiements et par-delà les vicissitudes d’une vie très active, j’ai finalement mis ma confiance dans le Seigneur et je me suis abandonné à Lui : voilà qui peut résumer en quelques mots un cheminement spirituel dont les ultimes et essentielles étapes doivent beaucoup au catéchuménat de Saint Séverin ! »

By | 2017-09-22T19:43:46+00:00 septembre 21st, 2017|Baptême|Commentaires fermés sur Baptême

About the Author: