– Sauvegardez un joyau du quartier latin

 

 

 

 

La chapelle Saint-Jean, décorée par Hyppolite FLANDRIN, est en cours de restauration. Du 17 novembre au 31 décembre 2021, vous pouvez participer à cette oeuvre commune :

  • – En faisant connaître ce projet autour de vous : dans vos commerces, parmi vos proches et connaissances, à ceux qui manifestent de l’intérêt pour l’art. Des flyers et des affiches sont disponibles, merci de les diffuser dans le quartier. Vive le bouche-à-oreille et le contact personnel !
  • – En faisant un don défiscalisable à l’IR et à l’IFI : cliquez sur : www.sauvegarde.saint-severin.com. Ou envoyer un chèque à l’ordre de « Fondation avenir du patrimoine-Saint-Séverin » ou à remettre au secrétariat (3, rue des Prêtres Saint-Séverin 75005 Paris).

1- Le sacrement des malades

Le dimanche 6 février au cours de la messe de 10h30, nous célébrerons le sacrement des malades.
Qu’est-ce que c’est ? Un sacrement, c’est toujours Dieu qui agit et fait quelque chose pour nous. Confronté à la maladie, aux infirmités, le chrétien demande à Dieu la force et la paix pour traverser l’épreuve et supporter la faiblesse. Mystérieusement, le chrétien qui lutte contre la souffrance et la maladie vit une proximité spéciale avec le Christ.
Qui peut le recevoir ? Les personnes atteintes d’une maladie grave ou longue, ainsi que les personnes fragilisées par la vieillesse. Il est possible de recevoir ce sacrement plusieurs fois dans la vie.
Pourquoi au cours d’une célébration communautaire ? Parce que nous sommes un corps : la prière des frères manifeste que nous ne sommes pas abandonnés, mais soutenus par les autres.
Comment s’y préparer ? Une réunion de préparation aura lieu le mercredi 26 janvier à 15h au presbytère.
Comment s’inscrire ? En contactant la paroisse au 01 42 34 93 50, paroisse@saint-severin.com, ou en allant voir un prêtre à l’accueil dans l’église mardi, mercredi ou vendredi de 17h à 18h45.

2- Des veilleurs pour Hiver Solidaire

L’équipe d’Hiver Solidaire a besoin des bénévoles pour la présence auprès de nos amis accueillis au cours du dîner et du petit déjeuner. Il y a particulièrement besoin de veilleurs de 22h à 7h : il s’agit de dormir sur place, au presbytère, au cas où.
Merci de contacter Arnaud (06 84 36 06 63) ou bien envoyer un mail à l’adresse benevoles.hs.saintseverin@gmail.com

– Synode

Qu’est-ce qu’un synode ? Le mot vient du grec (sun : avec ; odos : chemin) et désigne dans la vie de l’Église le rassemblement d’un certain nombre d’évêques du monde entier et de leurs représentants pour travailler sur un aspect de la vie de l’Église. Un synode se déroule habituellement en trois phases : réunis à Rome, les participants exposent la situation de leur Église locale. Puis ils se retrouvent par groupes linguistiques pour approfondir la première phase. Enfin, l’assemblée synodale rédige un message final et des recommandations. Quelques mois après, le pape rédige une exhortation apostolique post-synodale qui reprend les conclusions du synode.
Ainsi, les derniers synodes sont :

  • Le synode sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne (octobre 2012). Exhortation du pape François Evngelii Gaudium (novembre 2013)
  • Le synode sur la mission de la famille dans l’Église et dans le monde (octobre 2015). Exhortation Amoris laetitia (mars 2016)
  • Le synode sur la jeunesse, la foi et le discernement vocationnel (octobre 2018). Exhortation Christus vivit (mars 2019)

Le nouveau synode a été ouvert par le pape François les 9 et 10 octobre derniers. Il a pour thème la synodalité elle-même, c’est-à-dire notre manière de marcher ensemble dans l’Église : la vie de l’Église concerne tous les baptisés. Dans tous les diocèses du monde, tous les baptisés sont invités à se retrouver pour échanger sur un certain nombre de thèmes :

  • Notre manière d’écouter et de parler
  • Le lien entre la célébration de l’eucharistie et le fait de marcher ensemble
  • Les rapports entre l’Église et la société

A Saint-Séverin, nous vous proposerons de vivre cette démarche synodale au cours du carême :

  • Soit en vous retrouvant chaque semaine en équipe pour aborder un des cinq thèmes. La constitution des équipes se fera à partir de fin janvier.
  • Soit en vous retrouvant les dimanches de carême après la messe de 10h30, pour participer à un ou plusieurs temps d’échange.
    Le résultat de ce que chaque groupe aura vécu sera remonté au diocèse. Chaque diocèse ou conférence épiscopale en enverra la synthèse à Rome pour servir d’instrument de travail pour les représentants des évêques qui seront en session à Rome en octobre 2023.

– Hiver Solidaire

Dès lundi 3 janvier 2022 et jusqu’au lundi 28 février, nous accueillons jusqu’à 6 personnes connaissant la vie dans la rue. Comment nous aider ?

• Comme bénévole pour vivre des soirées, nuits ou petit-déjeuners dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

• En préparant un plat pour un dîner de manière ponctuelle pendant la durée du projet (entre janvier et mars).

• Par des denrées que vous pouvez déposer à l’accueil du presbytère (9h30-13h/14h30-17h, lundi, mardi, jeudi et vendredi) tout au long de l’hiver (café soluble non-décaféiné, thé, tisane, miel, sucre, confiture, briques de lait, briques de soupe).
Contact et inscriptions : benevoles.hs.saintseverin@gmail.com ou par téléphone (Andrée 06 81 51 55 30 – Arnaud 06 84 36 06 63)

– Dans les semaines à venir…

Afin de continuer à regarder devant nous, voici quelques perspectives de la vie paroissiale pour les semaines à venir :

  • – Dimanche 9 janvier après la messe de 10h30, ce sera le 3e dimanche des sacrements de l’année : « Seul l’amour nous sauvera ».
  • – Au cours des quatre dimanches de janvier, les fiancés se retrouveront après la messe de 10h30 pour la session de préparation au mariage : portons-les dans la prière !
  • – Le dimanche 6 février 2022, le sacrement des malades sera célébré au cours de la messe de 10h30.
  • – Saint-Séverin vivra la démarche synodale demandée par le pape au cours du carême. Vous pouvez déjà en savoir un peu plus sur le site : www.synodeparis.fr
  • – Tout cela nous entraîne au mercredi des cendres qui aura lieu le 2 mars 2022.

– La crèche : Naissance

Cette année, la crèche a été installée dans la chapelle Saint-Louis, située entre l’entrée côté rue Saint Jacques et la sacristie. Elle s’inspire d’un tableau peint par Jean BAZAINE en 1970, intitulé Naissance. Ses couleurs correspondent au vitrail de BAZAINE représentant l’onctin des malades. Les personnages sont situés à l’intérieur de l’oeuvre, comme une naissance dans la naissance. Pour l’instant, la scène représente l’Annonciation : l’Ange Gabriel se tient devant Marie qui tient en ses mains le rouleau de la Parole de Dieu. Cette scène évoluera au fil du temps : Nativité, Epiphanie et arrivée des mages.

– Soutenir la Fondation Jérôme Lejeune

Les 13 et 14 décembre prochains, les Folies Gruss offrent les bénéfices de
leurs deux soirées à la Fondation Jérôme Lejeune.
N’hésitez pas à vous inscrire sur ces deux dates afin de bénéficier d’une soirée féérique exceptionnelle tout en faisant un geste pour la Fondation.
Plus d’informations et inscriptions :
https://www.aparteweb.com/awprod/GRUSS/AWCatalogSub.aspx?INS=

– Saint-Séverin Église verte

Il y a déjà cinq ans que le Pape FRANÇOIS a exhorté les chrétiens et tous les
hommes de bonne volonté à prendre soin de notre « maison commune », la planète terre, qui va mal. Appelés par le Pape à mettre en oeuvre l’encyclique « Laudato si », que pouvons-nous faire, nous paroissiens de Saint-Séverin ?
Plusieurs paroisses de Paris ont rejoint le mouvement « Église verte » qui a trois objectifs :

  • – d’abord bien comprendre la pensée du Pape, qui lie fortement problèmes
    écologiques et problèmes sociaux,
  • – ensuite modifier nos comportements personnels pour les rendre plus sobres,
  • – enfin réduire l’empreinte écologique de notre paroisse.
    Deux paroissiens, Marcos PEREZ DIAZ et Henry JACOLIN ont constitué l’embryon d’une équipe « Saint-Séverin Église verte ». Rejoignez-les. Ils vous proposent une première rencontre le samedi 11 décembre à 10h30 au presbytère pour écouter Elisabeth FLICHY, membre de l’association « Chrétiens pour la terre », qui présentera l’encyclique « Laudato Si ».

– Missel Romain : nouvelle traduction

La nouvelle traduction en français du missel romain est entrée en usage. Elle
induit quelques changements afin que la prière du peuple de Dieu soit plus exacte dans la formulation de la foi et conforme à la langue française.
Afin de mieux suivre la messe,

– Les vitraux sont de retour

Après quelques mois passés dans un atelier en Charente pour être retaurés, le vitrail situé dans la chapelle Saint-Jean représentant une Pieta, Marie recevant sur ses genoux le corps de Jésus qui vient d’être déposé de la croix. Sur la gauche, saint Jean, drapé de rouge : dans l’évangile de saint Jean, il est le seul des disciples à être resté au pied de la croix. Le vitrail a été réalisé par Emile HIRSCH en 1890. De près, on constate la finesse de la peinture qui a été réalisée, notamment dans le drapé du vêtement de Marie-Madeleine. Si le vitrail est principalement peint, un « verre fouetté » (teint dans la masse de manière irrégulière) est utilisé pour le vêtement de Marie et pour le bras vertical de la croix. Les spécialistes disent que cette technique était rarement utilisée dans le vitrail religieux à cette époque. A suivre…

– Que se passe-t-il derrière l’échafaudage ?

Que les amateurs de patrimoine se réjouissent : derrière l’échafaudage du bas-côté sud, les travaux de restauration de la chapelle Saint-Jean progressent ! Patiemment, l’équipe de restauration a recollé les écailles de peinture qui tombaient et a stabilisé l’ensemble. L’étape actuelle consiste à enlever les couches successives de crasse, de vernis, ainsi que les repeints des interventions précédentes. La voûte étoilée commence à retrouver des couleurs. Parmi les découvertes imprévues, on a remarqué que certaines parties du décor peint ont été remaniées au fil du temps, sans que l’on sache précisément ni quand ni pourquoi.
Pour ceux qui le souhaitent et sont à Paris pendant les vacances, une petite surprise vous sera proposée à la sortie des messes de 12h et 19h le dimanche 24, et à la sortie de toutes les messes le dimanche 31.

– Retour sur…

… la soirée autour du rapport de la CIASE. Nous étions une bonne cinquantaine ce jeudi soir, pour parler ensemble de ce douloureux sujet. Après une brève présentation du rapport et la lecture de trois témoignages de victimes, un temps d’échanges d’abord en petits groupes puis tous ensemble a permis à chacun de dire ce qu’il avait à exprimer : un temps d’écoute attentive et de parole vraie. A noter également que dans la plupart des groupes paroissiaux, un temps spécifique a été consacré à la manière dont nous accueillons ce rapport.

– Dimanches des sacrements

Les occasions d’échanger avec d’autres sur un sujet spirituel ne sont pas si fréquentes. Les « dimanches des sacrements » sont quatre dimanches dans l’année où, après la messe de 10h30, nous vous proposons un temps d’échange et d’enseignement sur un thème de vie spirituelle, pendant une trentaine de minutes. Ces dimanches des sacrements, s’ils sont particulièrement destinés aux adultes qui se préparent à un samcrement, sont ouverts à tous ceux qui souhaitent s’associer à cette réflexion.
« Que cherchez-vous ? » C’est la question que Jésus pose à ses premiers disciples. « Que cherches-tu ? » : cette question peut être un bon guide dans une époque troublée. « Chercher » : c’est le fil conducteur de cette année. Cette quête n’est pas à sens unique : si l’homme cherche Dieu, Dieu est aussi à la recherche de l’homme.
Dimanche 9 octobre 2021 : « En esprit et vérité ». Pour redécouvrir que Dieu, le premier, nous cherche.
Dimanche 21 novembre : « Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice ».
Dimanche 9 janvier 2022 : « Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu »
Dimanche 27 mars : « Vous cherchez Jésus le crucifié ? »

– La liturgie des heures

Dans la vie liturgique de l’Eglise, la messe tient une place importante : c’est la source et le sommet de la vie chrétienne. Mais il n’y a pas que la messe. Le temps est rythmé par le chant des psaumes, ce que l’on appelle la « liturgie des heures ». Pour les lève-tôt, il y a les laudes du lundi au samedi à 7h30 et à 10h le dimanche, dans la chapelle Mansart. Le samedi soir à 18h, ce sont les premières vêpres du dimanche, qui constituent le porche d’entrée dans le jour de la résurrection.

– Groupes bibliques

Cette année, les groupes bibliques étudieront les trois lettres de Saint Jean. Celles-ci nous font entrer dans une méditation sur la vie chrétienne et nous invitent à discerner les dangers qui menacent les communautés chrétiennes :
« Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu. » 1 Jn 5,13.
Renseignements et inscriptions auprès d’Élisabeth Gueneley –elisabeth.gueneley@wanadoo.fr

– Mise en valeur du patrimoine

Les journées du patrimoine (18 et 19 septembre 2021) sont l’occasion de mettre un coup de projecteur sur la beauté de Saint-Séverin, superbe illustration de l’aboutissement de l’architecture gothique, ornée de vitraux qui comptent parmi les plus anciens de Paris (XIVe, XVe et XVIe siècle pour les baies hautes) et de peintures murales du XIXe dont nous commençons à redécouvrir les couleurs.
Depuis trois ans, vous avez peut-être remarqué les travaux de restauration de notre église. D’abord la chapelle Mansart, puis la chapelle Sainte-Geneviève et en ce moment, la chapelle Saint-Jean. Mode d’emploi.
Des mécènes privés ont proposé de participer au financement de ces diverses restaurations. C’est la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris, abritée par la Fondation Notre-Dame, qui collecte les fonds et signe les conventions nécessaires avec la Ville de Paris, propriétaire de l’église (comme de toutes les églises bâties avant 1905). La Ville de Paris assure la maîtrise d’ouvrage, contacte les entreprises et effectue le suivi du chantier.
Tout cela prend du temps ! Le mécénat a permis de lancer de beaux projets de restauration, en espérant que la Ville de Paris prenne à sa charge d’autres travaux de grande ampleur sur plusieurs années, à commencer par la restauration du chevet.
Dans les projets du budget participatif soumis au vote des parisiens, il y a la restauration des églises du 5e arrondissement. Pour que le projet soit retenu, il faut voter et faire voter vos connaissances sur le site de la mairie de Paris :
https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=10014&portlet_id=158

– Les séminaristes de la Maison Saint-Séverin

Mercredi 8 septembre, les séminaristes font leur rentrée à la Maison Saint-Séverin. Nous sommes heureux d’accueillir Louis-Joseph, Gabriel, Wandrille, Axel, Grégoire et Matthieu qui rejoignent Pierre-Marie et Francisco. Vous les rencontrerez dès dimanche prochain.

– Aider par l’alphabétisation

Chaque année, de nombreuses personnes bénéficient de cours de français grâce à notre paroisse. Mais pour recevoir des cours, il faut bien des personnes pour les donner. L’association Entraide Amitié Partage (EnAP) recherche des bénévoles pour l’année scolaire 2021-2022. Contact et renseignements auprès de Christine FRANCOUAL : mcfrancoual1@gmail.com

– Sous toutes les coutures

Depuis la semaine dernière, un cabinet d’architecture a été mandaté par le département des édifices cultuels et historiques (DECH) de la Ville de Paris, afin de réaliser une étude complète de l’état de Saint-Séverin. Quelques mois de travail à inspecter l’église sous toutes les coutures, de la charpente aux sous-sols, mais aussi les archives des différentes campagnes de travaux menées depuis le XIXe siècle.
Dans quel but ? Afin de programmer une vraie campagne de restauration raisonnée, qui serait financée par la Ville de Paris. Il faut pour cela que la restauration de Saint-Séverin soit inscrite au plan d’investissement de la mandature (PIM), qui doit être voté par le conseil de Paris dans les mois à venir. A suivre…

– Les chants sont disponibles en ligne

Trois des quatre chants de la feuille de messe du temps ordinaire, ainsi que le Gloria sont disponibles sur Youtube. Souvenez-vous : nous les avions enregistrés en octobre 2019. Vous pouvez y accéder en scannant le QR code qui se trouve sur la feuille de messe (vive la technologie…) ou bien en passant par les liens suivants :
En toi Seigneur est notre vie : https://youtu.be/ldvWhhx0tn0
Gloire à Dieu par Jésus-Christ : https://youtu.be/xzOEKAz0Uk8
Puisqu’un seul pain : https://youtu.be/BC0lHNXg4eY
Gloria : https://youtu.be/IGiCH9BgpcM

– Le réveil de Macée

Fixée au sommet du clocher de Saint-Séverin depuis 1412, la cloche « Macée » tinte de nouveau les heures depuis le mercredi 9 décembre 2020. La réparation, complexe, a été longue à mettre en œuvre : la cloche est ainsi restée muette pendant un peu plus de quatre ans. Désormais, Macée indique l’heure aux habitants du quartier en sonnant les heures et un coup à la demi-heure. Plus besoin d’avoir les yeux rivés sur sa montre…

Michael Lonsdale

24 mai 1931-21 septembre 2020
Saint-Séverin, début des années 50. Une haute silhouette déambule sous les voûtes des bas-côtés, s’abrite derrière les piliers gothiques, pour mieux observer, respirer et goûter ce mystérieux concentré de beauté et de spiritualité. L’homme est timide, discret, il ne veut pas se faire remarquer mais il vient et revient dans cette église où son instinct lui dit que là, il se passe quelque chose… Il est rentré du Maroc où il a grandi en toute liberté,
dans une ambiance chaleureuse et ouverte à toutes les cultures. A Paris, il lui faut trouver son chemin. S’il est avant tout attiré par la peinture, le cinéma le fascine depuis l’enfance. Il entre au cours de théâtre de la grande Tania BALACHOVA, ses camarades sont Delphine SEYRIG, Laurent TERZIEFF, Samy FREY, Stéphane AUDRAN… Dans le même temps, une amie lui fait découvrir les Ateliers d’art sacré de la place Furstemberg. Révélation ! Le père Raymond REGAMEY, dominicain, met des mots sur ce qu’il cherchait sans vraiment le savoir : « je crois que ce que vous cherchez, c’est Dieu »… Tout est dit. Le jeune Michael LONSDALE, qui fut un temps, au Maroc, tenté par l’Islam, se met en route vers le baptême, il a bientôt 22 ans. Il poursuit assidument ses visites à Saint-Séverin et c’est là, sur le plus petit parvis de Paris – comme il disait en souriant – qu’il rencontre Denise ROBERT. Est-ce parce qu’elle est aveugle que cette inconnue perçoit immédiatement la soif du jeune homme ? Bras dessus bras dessous, ils arpentent les rues de Paris en parlant de tout et de rien, et surtout de Jésus, cultivant une amitié de cœur et d’âme. Tout naturellement, Denise est marraine quand le Père REGAMEY baptise Michael.

La carrière du comédien démarre rapidement, au cinéma et au théâtre, mais il reste fidèle à Saint-Séverin où toujours il se passe quelque chose. L’audace et l’intuition des pères CONNAN, PONSART, MOUBARAK, le marquent profondément.

Si, peu à peu, les exigences d’une brillante carrière prennent le pas sur la
pratique religieuse, la Providence veille. Suite à des deuils qui l’anéantissent, Michael LONSDALE découvre le Renouveau charismatique. Le vent de l’Esprit renouvelle la foi enfouie. L’immense comédien se veut dorénavant témoin de Jésus en tout lieu. Tout en poursuivant sa carrière auprès des plus grands, il réserve une partie de son temps à l’élaboration de spectacles à la gloire de Dieu. Dans les années 90, les Récits d’un Pèlerin Russe, les Fioretti de Saint-François, Petite Thérèse, ouvrent un nouveau chemin. Le hasard -logique de Dieu- fait que la chargée de production s’installe rue Saint-Séverin…

Michael LONSDALE revient à la maison. Saint-Séverin sera dorénavant sa
paroisse. Il ne se cache plus derrière les piliers, se lie d’amitié avec le Père SCHNEIDER qu’il suit assidûment dans ses retraites et pèlerinages, prend joyeusement part à la liturgie et reste fidèle jusqu’au bout de ses forces à la messe du dimanche soir et aux amis qui l’animent.

Notre église était trop petite pour que puissent y être célébrées ses funérailles, mais les deux prochains concerts Plein-Jeu lui rendront un hommage particulier.

A Dieu père Etienne

Le Chanoine Étienne DE MESMAY est né à paris en novembre 1927, il est baptisé à Notre-Dame de Grâce-de-Passy (16ème).
Il est ordonné prêtre en juin 1954 pour le diocèse de Paris. Il débute son ministère à l’école Gerson (16ème) de 1954 à 1966. Il est nommé vicaire à Saint-Augustin (8ème) jusqu’en 1977, tout en étant aumônier adjoint des collèges-lycées Claude Bernard (16ème) et Jean de la Fontaine (16ème), et aumônier des Petites Sœurs des Pauvres de la rue de Varize (16ème).
Le père Étienne DE MESMAY est ensuite nommé vicaire à Sainte-Jeanne de Chantal (16ème) de 1977 à 1983 ; puis de Saint-Pierre de Chaillot (16ème) de 1983 à 1990 tout en étant secrétaire particulier de Mgr Jean-Marie LUSTIGER entre 1986 et 1987.
Il devient vicaire à Saint-Pierre de Montrouge (14ème) de 1990 à 1993, avant d’être envoyé pour six ans en FMPV (Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville) dans le diocèse de Meaux (77), au service de la paroisse de Lagny-sur-Marne (77). En 1999 il revient comme vicaire à Saint-Séverin (5ème) jusqu’en 2012, tout en étant enseignant à l’École Cathédrale. Le père Étienne est nommé chanoine honoraire en 2006, il continue son ministère à Saint-Séverin (5ème) jusqu’en 2017 avant d’entrer à la Maison Marie-Thérèse (14ème). Il termine ce long et beau parcours à la maison médicale Jeanne Garnier (15ème) le 25 Septembre 2020.

Le rayonnement du Père Étienne DE MESMAY a été aussi lumineux que son humilité fut constante. Il était connu et aimé par de nombreux prêtres de Paris. Passés par la Maison Saint-Augustin ou à Saint-Séverin, chacun se souvient de son exclamation favorite « Ho hisse Coco » quand il lui fallait se lever de son fauteuil pour aller travailler à la vigne du Seigneur. Il l’aura sarclée, cette vigne ! Jusqu’au bout, il aura été attentif à ceux qui l’entourent,
maudissant sa mémoire quand il ne se rappelait plus un prénom ou le nom d’un petit village turc près duquel il avait campé lors de ses nombreux voyages sur les pas de saint Paul.

Jusqu’au bout aussi, il aura fait les trajets de bus entre la Maison Marie-Thérèse et Saint-Séverin, son dernier lieu de ministère, pour y célébrer l’eucharistie. « Ici, il se passe quelque-chose », rappelait-il aux enfants dès qu’il en avait l’occasion. Et les enfants, de tous horizons, ne s’y trompaient pas : « On faisait toujours la queue pour se confesser à ce prêtre bienveillant ».

À la maison médicale Jeanne Garnier, il rappelait ses visites sur place auprès de son « grand homme », le cardinal Jean-Marie LUSTIGER, qu’il aimait sincèrement. Il parlait aussi des siens, de son neveu qui l’a précédé de quelques jours dans la mort, de Passy, où il avait été à l’école et où il a donné de son énergie communicative auprès des élèves de Gerson, et des lycées Claude Bernard et La Fontaine.

Gardons de lui son signe de croix : « au nom du Père qui nous aime, et du Fils qui nous sauve et du Saint-Esprit qui nous donne son amour » !

– Equipe de jeunes couples

Vous êtes mariés, moins de 40 ans, avec des enfants ou pas. Vous avez envie de prendre du temps pour votre couple ? De réfléchir avec d’autres jeunes chrétiens pour le faire grandir ? Vous êtes débordés et n’avez guère de temps? Nous vous proposons de nous retrouver une fois par mois de 20h à 22h et de visionner 10 minutes de vidéo « Qui sont ces couples heureux » (d’Yves SEMEN).

. Faire visiter Saint-Séverin

La nature a horreur du vide. Depuis l’incendie qui a frappé Notre-Dame, les visiteurs sont de plus en plus nombreux à Saint-Séverin. D’une part, les groupes de touristes qui arrivent en corps constitué avec leur guide : ceux-là… n’ont pas besoin de nous. En revanche, il y a également nombre de visiteurs individuels, francophones ou non, qui pourraient avoir besoin d’être accueillis et guidés. Actuellement, il n’y a plus de paroissien qui assure des visites de l’église. Si vous aimez Saint-Séverin, si vous avez à cœur de faire découvrir le patrimoine et la vie de notre communauté paroissiale, et par là, témoigner de votre foi, vous pouvez vous signaler par mail au secrétariat : paroisse@saint-severin.com

– Prière à la sainte famille

Jésus, Marie et Joseph, en vous, nous contemplons la splendeur de l’amour vrai, en toute confiance nous nous adressons à vous. Sainte Famille de Nazareth, fais aussi de nos familles un lieu de communion et un cénacle de prière, d’authentiques écoles de l’Évangile et de petites Églises domestiques. Sainte Famille de Nazareth, que plus jamais il n’y ait dans les familles des scènes de violence, d’isolement et de division ; que celui qui a été blessé ou scandalisé soit, bientôt, consolé et guéri. Sainte Famille de Nazareth, fais prendre conscience à tous du caractère sacré et inviolable de la famille, de sa beauté dans le projet de Dieu. Jésus, Marie et Joseph, Écoutez, exaucez notre prière. Amen !

– Accompagnement scolaire

L’accompagnement scolaire organisé par l’EnAP (Entraide, Amitié, Partage) aura lieu cette année, tous les mardis de 17h à 19h au presbytère.

– Prier avec saint François d’Assise

Voici une petite suggestion pour nourrir votre prière personnelle et familiale : faire une neuvaine à saint François. Neuf jours pour prier avec lui, avec le cantique des créatures à partir du lundi 25 septembre, pour aboutir à sa fête, le mercredi 4 octobre.

Très haut, tout puissant et bon Seigneur, à toi louange, gloire, honneur, et toute bénédiction ; à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut, et nul homme n’est digne de te nommer.

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures, spécialement messire frère Soleil. par qui tu nous donnes le jour, la lumière : il est beau, rayonnant d’une grande splendeur, et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Lune et les étoiles : dans le ciel tu les as formées, claires, précieuses et belles.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent, et pour l’air et pour les nuages, pour l’azur calme et tous les temps : grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur Eau. qui est très utile et très humble, précieuse et chaste.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour sœur notre mère la Terre, qui nous porte et nous nourrit, qui produit la diversité des fruits, avec les fleurs diaprées et les herbes.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux qui pardonnent par amour pour toi ; qui supportent épreuves et maladies : heureux s’ils conservent la paix car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre sœur la Mort corporelle à qui nul homme vivant ne peut échapper. Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ; heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté, car la seconde mort ne pourra leur nuire.

Louez et bénissez mon Seigneur, rendez-lui grâce et servez-le en toute humilité !

– Recevoir la Sev’ par email

Le secrétariat a rencontré quelques déboires informatiques ces dernières semaines, et les abonnés de la Sev’ par internet ne l’ont plus reçue. Nous sommes en train de reconstituer les fichiers : vous pouvez vous inscrire sur la liste de diffusion en envoyant un mail à l’adresse suivante : paroisse@saint-severin.com

– Garderie et liturgie de la Parole pour les enfants

A Saint-Séverin, les enfants sont les bienvenus ! Lors de la messe de 10h30, vous les voyez souvent partir avant la première lecture et revenir en procession pour l’offertoire. Ils sont partis à la chapelle Mansart pour se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu, accompagnés par un adulte, ce qui leur permet de vivre la messe d’une manière plus adaptée à leur âge. Nous faisons aussi en sorte d’ouvrir une garderie à la sacristie, pour que les plus petits puissent bouger sans que leurs parents en soient stressés !
Nous avons besoin de parents pour assurer ce service à tour de rôle : plus vous êtes nombreux à vous y inscrire, plus c’est léger pour chacun. Contact : Marie BERTIN famille.bertin65@gmail.com

– Les « grandes Ô »

Une fois n’est pas coutume, un peu d’enseignement liturgique dans la Sev’. Connaissez-vous les « grandes Ô » ? Ce sont les antiennes que l’on chante pour le Magnificat, au cours des vêpres, à partir du 17 décembre. On les retrouve aussi dans les versets de l’Alléluia de la messe du jour correspondant. Elles reprennent des titres de l’Ancien Testament que la tradition chrétienne relit à la lumière du Christ : Sapientia (Sagesse), Adonaï (Seigneur, cf. Ex 3,1-15), Radix Jesse (Racine de Jessé, cf Is 11,1), Clavis David (Clé de David, cf. Is 22,22), Oriens (Orient, Soleil levant), Rex gentium (Roi des nations) et Emmanuel (cf. Is 7,14). Prenez la première lettre de chaque invocation, inversez le tout, vous lirez : ERO CRAS (demain, je serai là). « Ô » : c’est une invocation, c’est un émerveillement. Ces antiennes sont autant de méditations sur l’Ancien Testament qui annonce et attend le Messie d’Israël. « Demain, je serai là » : elles aboutissent au jour où nous célébrons la venue du Verbe fait chair, dont nous attendons aussi la venue dans la gloire. Ces antiennes peuvent nourrir notre prière (après traduction…) dans les jours à venir. Pour plus de précisions, vous pouvez consulter l’article « grandes antiennes Ô de l’Avent » sur Wikipédia, très documentée.