N’ayez pas peur !

//N’ayez pas peur !

N’ayez pas peur !

« N’ayez pas peur » : c’est le thème des dimanches des sacrements pour cette année. Cette phrase, c’est avant tout Jésus qui l’adressa à ses disciples. Ils se trouvaient dans une barque battue par les vagues, et croyaient qu’un fantôme s’approchait d’eux. Dans un contexte d’incertitude qui fait naître la peur, Jésus dissipe l’obscurité de l’incertitude par la clarté de sa présence : « C’est moi. N’ayez pas peur ».

Le choix de ce thème n’est pas dû au hasard. Les zones d’ombre et d’incertitude semblent se multiplier depuis un an, non seulement à Paris, où nous portons la mémoire des 130 victimes des attentats de novembre, mais aussi en France et au-delà de nos frontières. Mais la peur provoque le repli sur soi. Elle pousse à vouloir ériger des fortifications infranchissables, qui entretiennent l’illusion de la sécurité. La peur tétanise et stérilise : tout le contraire de la liberté à laquelle le Christ nous appelle.

« C’est moi. N’ayez pas peur » : cette phrase n’est pas un mantra qui devrait servir à alimenter notre capacité d’auto-persuasion. C’est le Christ qui nous l’adresse, et nous savons que nous pouvons lui faire confiance. « N’ayez pas peur », car j’ai livré ma vie pour que vous ayez la vie. « N’ayez pas peur », car le Père vous offre son pardon. « N’ayez pas peur », car la puissance de la mort ne l’emportera pas sur les peuples que je rassemble en moi.

Rendez-vous dimanche prochain pour prolonger la réflexion.

Père Guillaume NORMAND

By |2016-11-18T13:19:33+00:00novembre 14th, 2016|Editorial|0 Comments

About the Author:

Je suis parisien. J’ai été fortement marqué par les JMJ de Paris, et ma vocation a ensuite germé dans la communauté paroissiale de Saint-Augustin. Ordonné prêtre en 2007, j’ai été nommé vicaire à Saint-Ambroise, paroisse de la Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville, où j’ai passé cinq merveilleuses années. En 2012, ayant reçu une mission d’études, j’ai rejoint la Belgique pour faire une licence de théologie, sur « Le sacerdoce des fils ». Une année durant, j’ai été l’adjoint du P. de Vandière, auprès des séminaristes parisiens en formation à Bruxelles ; puis adjoint à la maison Sainte-Thérèse, qui accueille les séminaristes de nombreux diocèses de France.

Leave A Comment