Noël franciscain

//Noël franciscain

Noël franciscain

Dans la vie de saint François d’Assise, la nuit de Noël tient une place toute particulière. Lors de la nuit de Noël 1223, la petite ville de Greccio, à 90 km au sud d’Assise, devint comme une petite réplique de Bethléem. Saint François y a fait tout apprêter pour que tous puissent se rendre compte de ce que Dieu a fait en se faisant l’un d’entre nous. Thomas DE CELANO, biographe de saint François, nous en livre le récit :

« Enfin vint le saint de Dieu et, trouvant tout préparé, il vit et fut en joie. De fait, on prépare une crèche, on apporte du foin, on conduit un bœuf et un âne. Là est honorée la simplicité, exaltée la pauvreté, louée l’humilité et l’on fait de Greccio comme une nouvelle Bethléem. La nuit s’illumine comme le jour et elle fut délicieuse aux hommes ainsi qu’aux animaux. (…) La forêt retentit de voix et les roches répondent aux cris de jubilation. (…)

On célèbre la solennité de la messe sur la crèche et le prêtre jouit d’une consolation nouvelle. Le saint de Dieu se vêt des ornements de la dalmatique, car il était diacre, et chante d’une voix sonore le saint Évangile. Sa voix était certes une voix forte, une voix douce, une voix claire, une voix sonore, qui invita toute l’assistance aux récompenses suprêmes. Il prêche ensuite au peuple se tenant alentour et profère des paroles douces comme miel sur la naissance du pauvre roi et sur la pauvre petite cité de Bethléem.

Là se multiplient les dons du Tout-Puissant et un homme de vertu aperçoit une vision étonnante. Il voyait en effet dans la crèche un petit enfant gisant inanimé dont semblait s’approcher le saint de Dieu ; et il paraissait éveiller cet enfant comme de la torpeur du sommeil. Cette vision n’est pas hors de propos, puisque l’Enfant Jésus, dans le cœur de beaucoup, a été livré à l’oubli et que chez les mêmes personnes, sous l’action de sa grâce, il est ressuscité à travers son serviteur saint François et s’est imprimé dans une mémoire attentive. Enfin s’achèvent les vigiles sacrées et chacun rentra joyeusement chez lui ».

Père Guillaume NORMAND

By |2018-01-24T16:58:17+00:00décembre 22nd, 2017|Editorial|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment