J’y vais ou je n’y vais pas ?

//J’y vais ou je n’y vais pas ?

J’y vais ou je n’y vais pas ?

Mt 21, 28-32

Dans la parabole de ce dimanche, lorsque le père demande à ses deux fils d’aller travailler à la vigne l’un dit « non » puis s’étant repenti y va, l’autre dit « oui » mais n’y va pas. Le premier fait assurément la volonté de son père. Mais reconnaissons qu’aucun des deux n’a l’attitude satisfaisante d’un enfant vivant, sans crainte, dans une relation filiale et de confiance avec son père. Il eut mieux valu qu’ils comprennent que la demande de leur père était ce qu’il y avait de mieux pour eux et qu’ils lui disent un « oui » plein et entier. Cela, seul, un fils qui n’est pas mentionné dans la parabole l’a fait : Jésus. Le Fils dont la vie entière est un seul « oui » au Père, le Fils qui jusqu’au bout a fait la volonté du Père, le Fils qui parle avec autorité.

Cette Parole est un appel et demande une réponse, une réponse qui vient bouleverser la vie de l’appelé. Cette Parole est un appel, un appel au service de Dieu selon sa vocation.

Cet appel, dix hommes l’ont entendu et vont y répondre samedi 7 octobre à la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Ordonnés diacres permanents pour le service de Dieu et de leur prochain, ils vont s’engager entièrement à aller travailler à la vigne du Père, au royaume de Dieu. Sur ce chemin de l’engagement et de l’humilité, ils ne seront pas seuls. Ils ont un ami qui est aussi un modèle, Jésus, « qui ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu mais s’est anéanti, prenant la condition de serviteur. » (Ph 2,6-7)

Gilbert THEVENOT, diacre

By | 2017-10-07T14:15:31+00:00 septembre 29th, 2017|Editorial|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment