Manifestations

//Manifestations

Manifestations

« Tu aurais pu te manifester ! » C’est ce que l’on dit à quelqu’un dont on attendait qu’il entre en contact avec nous, qu’il nous fasse connaître qu’il est avec nous. Un manifeste, c’est un écrit par lequel on expose un certain nombre d’idées. Le mot « épiphanie » signifie « manifestation ». L’Epiphanie du Seigneur, c’est quand il se fait connaître aux hommes, et qu’il rend visible ce qui était invisible à nos yeux. « Nous célébrons trois mystères en ce jour : aujourd’hui l’étoile a conduit les mages vers la crèche ; aujourd’hui l’eau fut changée en vin aux noces de Cana ; aujourd’hui le Christ a été baptisé par Jean dans le Jourdain pour nous sauver » (antienne du magnificat pour les vêpres de l’Epiphanie). Le premier mystère, c’est celui de la manifestation du Messie d’Israël aux nations païennes, représentées par les mages venus d’Orient. Le deuxième, à Cana, c’est le moment où « Jésus manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui ». Le troisième, c’est le début du ministère public de Jésus : après trente ans de vie cachée, il commence à annoncer publiquement le Royaume. Ca en fait, des épiphanies ! Sans compter les autres. Celles où, par pure grâce, nous découvrons intérieurement qui il est : le soleil levant qui vient nous visiter, pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort, pour conduire nos pas au chemin de la paix.

Père Guillaume NORMAND

By |2017-04-28T16:09:01+00:00janvier 7th, 2017|Editorial|0 Comments

About the Author:

Je suis parisien. J’ai été fortement marqué par les JMJ de Paris, et ma vocation a ensuite germé dans la communauté paroissiale de Saint-Augustin. Ordonné prêtre en 2007, j’ai été nommé vicaire à Saint-Ambroise, paroisse de la Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville, où j’ai passé cinq merveilleuses années. En 2012, ayant reçu une mission d’études, j’ai rejoint la Belgique pour faire une licence de théologie, sur « Le sacerdoce des fils ». Une année durant, j’ai été l’adjoint du P. de Vandière, auprès des séminaristes parisiens en formation à Bruxelles ; puis adjoint à la maison Sainte-Thérèse, qui accueille les séminaristes de nombreux diocèses de France.

Leave A Comment